Imprimante laser : comment ça marche ?

L’imprimante laser fonctionne grâce à des tambours photosensibles. Ces tambours sont reliés à un laser qui peut reproduire l’image devant être imprimée sur le tambour.
La technologie de ce type d’imprimante professionnelle est bien maîtrisée car elle s’apparente à celle d’un photocopieur. Le ou les tambours photosensibles et électrostatiques attirent l’encre en « dessinant » le motif qui sera imprimé. Le principe de l’impression laser est le suivant :

1. Le papier est chargé d’électricité positive par un ioniseur
2. Le laser électrise positivement le tambour selon des points sélectionnés.
3. L’encre en poudre est électrisée négativement
4. Elle se dépose sur les zones du tambour chargées positivement.
5. Le tambour effectue un mouvement rotatif et dépose l’encre sur la surface à imprimer
6. Un dispositif chauffant fixe instantanément l’encre sur la surface imprimée qui est ensuite éjectée de l’imprimante.

L’absence de tête d’impression mécanique permet un gain de rapidité et un fonctionnement plus silencieux que dans les imprimantes à jet d’encre.

Les imprimantes laser utilisent deux systèmes d’impression différents selon les modèles :

  • carrousel : ce système requiert quatre séquences d’impression (« passages ») pour un document : chaque couleur primaire plus le noir.
  • tandem : ce système n’a besoin que d’un seul passage, grâce à la disposition des toners de couleurs en parallèle. L’impression laser est donc plus rapide. Cette solution est plus chère car le mécanisme est plus complexe que dans le carrousel.

 

Les données récupérées sur l’ordinateur et représentant le document à imprimer sont acheminées par un système électronique qui va diriger le laser vers le tambour photosensible. Ce système électronique « interprète » donc les données, il les analyse. Cette procédure s’appelle le contrôle d’impression. Ce contrôle d’impression agit en transmettant des ordres au laser pour que celui construise peu à peu l’image sur le tambour, premier réceptacle de l’image qui sera ensuite transférée sur le papier, selon le processus décrit plus haut.
Le contrôleur d’impression est composé d’un processeur, d’une mémoire vive et d’une mémoire morte qui contient le code de l’imprimante laser. Il dispose également d’un ou plusieurs ports de communication qui lui permettent d’être relié à un ou plusieurs ordinateurs.

Le document devant être imprimé parvient à l’imprimante de différentes manières :
– un câble reliant l’imprimante à un ordinateur ;
– une liaison sans fil, wifi ou Ethernet ;
– une carte mémoire de type clé USB.

C’est le contrôleur d’impression qui gère l’intégralité des communications entre l’imprimante et les différentes sources de données, soit un ou plusieurs ordinateurs.
Le contrôleur d’impression reçoit donc des données, mais il en envoie également vers l’ordinateur, puisque sur celui-ci s’affiche en temps réel le processus d’élaboration de l’impression. Le contrôleur indique également à l’ordinateur source les éventuels dysfonctionnements rencontrés : absence de papier, format demandé indisponible, nécessité de remplacer un élément (le toner par exemple dans le cas d’une imprimante laser…)

Comment cette imprimante agit-elle pour créer un document en couleur ?

L’imprimante utilise un système de trois couleurs de base (parfois plus) : il s’agit bien sûr des trois couleurs primaires : cyan (bleu), magenta (rouge) et jaune.
Le contrôleur d’impression agit en « dosant » ces trois couleurs, en les combinant selon des intensités variables pour aboutir aux couleurs souhaitées pour l’impression.
Il faut noter que le noir était dans les premières imprimantes laser souvent constitué d’une combinaison des trois couleurs primaires. Aujourd’hui, pour économiser les couleurs primaires et obtenir une qualité optimale du noir, une cartouche spécifique est disposée dans l’imprimante. Le blanc est quant à lui obtenu par la simple absence d’encre sur la zone déterminée.